Plein sud dans le parc national d’Iona

Quand nos lecteurs nous font l'honneur de partager leurs aventures, cela donne çà... Récit en détails d'un superbe voyage dans le parc national d'Iona au Sud de L'Angola!

Le parc national d'Iona

Amateurs d’aventure et de paysages à couper le souffle, le parc d’Iona est fait pour vous ! D’une superficie de 15.000 km2, l’équivalent de l’Ile de France, il est délimité à l’ouest par l’océan Atlantique et au sud par le fleuve Cunene, qui sert de frontière naturelle avec la Namibie. Il se poursuit côté namibien par le parc de la côte des Squelettes.

Le parc, crée en 1964, est en cours de réhabilitation dans le cadre d’un partenariat associant le ministère de l’environnement angolais, les Nations-Unies et l’Union européenne. Les portails et les bâtiments administratifs sont en cours de rénovation et des rangers, issus des tribus locales, sont formés à la protection de la faune et de la flore.

Au programme : dunes, désert, savane, animaux aquatiques, oiseaux, antilopes, zèbres et, pour les plus chanceux, des félins ! Vous pourrez également admirer des peintures et gravures rupestres et croiser des tribus mucubais à la sortie nord-est du parc.

Attention, le circuit suivant nécessite d’être accompagné par des guides locaux car il suppose d’être en totale autonomie (eau, nourriture, essence) pendant plusieurs jours, de disposer d’au moins deux véhicules 4x4 et de connaître les itinéraires, la piste étant parfois inexistante. Et seul un téléphone satellitaire vous permettra de contacter l’extérieur.

Jour 1: de Namibe à la Baie des Tigres

Depuis Namibe, vous passez à proximité de la petite ville de Tombwa. Avant l’entrée du parc, vous pouvez visiter le site d’Arco, situé près d’un lac, malheureusement actuellement asséché, et un magnifique canyon rouge. Vous pénétrez ensuite dans le parc d’Iona par l’entrée nord-ouest et découvrez très vite l’épave du Vanessa Seafood, un gros bateau de pêche qui s’est échoué en 2001 et se trouve désormais ensablé.

Vos guides ayant consulté les horaires des marées avant de partir, vous vous élancez ensuite pour une centaine de kilomètres sur la plage à marée basse (à marée haute, la mer vient buter sur les dunes et les véhicules se trouvent ensablés) jusqu’à la Baie des Tigres. Vous ne croiserez aucun tigre sur votre route (le nom vient des marbrures de sable noir striant les dunes) mais très certainement des phoques, des flamands roses, des milliers de cormorans et peut-être des baleines visibles depuis la plage.

Vous plantez votre tente dans la Baie des tigres, face à l’île du même nom et apercevez les silhouettes fantomatiques d’une ville abandonnée qui abritait autrefois des usines de fabrication de farines de poisson. L’isthme qui reliait la ville au continent a disparu sous l’effet de tempêtes successives à la fin des années 60, privant la ville de son approvisionnement en eau potable et entraînant sa désertion. Aujourd’hui, l’île se trouve à 8 kilomètres du rivage.

Cette partie du parc abrite hyènes et chacals que vous apercevrez peut-être le soir au coin du feu à condition de ne pas trop les effrayer.

Jour 2: De la Baie des Tigres à la Foz de Cunene

Vous quittez progressivement les dunes pour rejoindre une très vieille piste en pierre construite par les portugais qui traverse un paysage lunaire. Vous arrivez à l’embouchure du Cunene qui est le refuge de nombreux oiseaux, notamment des pélicans, et de tortues marines. Attention, le Cunene abrite des crocodiles, la baignade est donc déconseillée. Les amateurs de pêche peuvent sortir leur cane et espérer attraper quelques belles prises pour agrémenter le barbecue du soir. Face à vous se dressent d’immenses dunes situées en Namibie.

Foz de Cunene abrite seulement un poste de douane ensablé digne du Désert des Tartares où vous devez vous enregistrer. Vous quittez ensuite les rives de l’Atlantique et entrez dans le désert où vous passez votre deuxième nuit sous la tente.

 

Jour 3: De Foz de Cunene à Tchitundo-Hulo

Le désert laisse progressivement place à la savane et parfois à d’immenses champs de welwitschia mirabilis. Vous croisez des impalas, des oryx et quelques autruches.

Vous arrivez au camp des rangers situés en plein cœur du parc, à Espinheira. D’après les rangers, cette partie du parc, une étendue très plate, est habitée par des guépards alors que le territoire des léopards se concentre sur les zones plus montagneuses.

Vous traversez des paysages minéraux de schiste rouge et noir et quittez le parc d’Iona par la sortie de Salondjamba en direction de Tchitundo-Hulo. Sur le chemin, vous pouvez faire une halte dans l’oasis de Pediva et vous baigner dans ses sources chaudes.

Vous passez votre dernière nuit dans la savane à proximité de Tchitundo-Hulo afin d’arriver tôt le lendemain sur le site et éviter la chaleur.

Jour 4: De tchintundo- Hulo à Namibe

De bon matin, vous allez admirer les peintures rupestres et entreprenez l’ascension de la colline où se trouvent les gravures. Malheureusement, les intempéries et la friabilité de la roche abîment considérablement les gravures au sujet desquelles les informations se font rares. Elles auraient 2.000 ans.

 

Du sommet, vous apercevez les villages mucubais.

En prenant le chemin du retour vers Namibe, vous rencontrerez certainement des mucubais mais, sauf à avoir un guide parlant leur langue, le dialogue sera difficile car les ils ne s’expriment pas en portugais.

Plusieurs tours opèrent depuis Namibe dont Yona Safaris (tel : 937 819 916 Ned ou 923 915 860 Marcio, qui parlent tous les deux anglais.

 

Texte et Crédit photos: Aurélie Nicolas.

www.vivreenangola.com est un site d'informations indépendant géré par une équipe bénévole qui s'adresse à tous les expatriés d’Angola.

Ce site est le vôtre et il ne peut exister que grâce à votre contribution.
N'hésitez donc pas à nous transmettre des modifications, ajouter des informations, ou toutes autres remarques pour son amélioration !

Pour nous contacter : contact@vivreenangola.com.