La Permaculture à Luanda: Projet « Viana Permacultura – du ver à l’assiette »

VEA est ravi de vous faire découvrir un projet très intéressant et vraiment innovant ou chacun ayant un peu de temps peut y trouver son compte car il permet de développer tout un type d'activités autour de l'agriculture, du bien-être, de l'éducation et de l'écologie : le projet "Viana Permacultura".

Mais qu’est ce que la Permaculture ??!!

Créé au milieu des années 1970 par l'Australien Bill Mollison, le terme « permaculture » est une contraction de « permanent » et «agriculture». Il peut aussi s'entendre comme « culture de la permanence ».

C'est avec son collègue et ami David Holmgren, de l'université de Tasmanie, que Bill Mollison va en déterminer les principes dans leur ouvrage Permaculture 1. Tous deux réagissent aux dégradations de l'environnement causées par une agriculture conventionnelle qui se soucie peu du vivant et ne voit les sols que comme un support.

Dans son Introduction à la permaculture, Bill Mollison écrit que « le but est de développer des modes de vie et de fonctionnement qui ne nuisent pas à l'environnement et qui soient viables économiquement, qui subviennent à leurs propres besoins, qui n'abusent ni des humains ni du vivant, qui ne polluent pas la terre ».

Au centre des préoccupations de la permaculture, les interactions entre les différents acteurs : « [elle] utilise les caractéristiques des plantes et des animaux et les combine à celles du site et des installations afin de créer sur la plus petite surface possible un écosystème cultivé qui puisse assurer la vie, que ce soit en ville ou à la campagne ». L'auteur précise que ce système « vise, au moyen de l'intervention humaine, à créer des écosystèmes cultivés, produisant plus de nourriture que l'on en trouve d'ordinaire dans la nature pour les humains et pour les animaux ».

Le projet "Viana Permacultura" c’est quoi ?!

L'objectif de ce projet pour 2018 - 2021 est de lancer 3 jardins éducatifs en permaculture dans des structures d’accueil d’enfants à Viana, banlieue périphérique de Luanda. Le projet Viana Permacultura a débuté à l’orphelinat Santa Isabel en avril 2018, avec la rencontre d'Irma Domingas, directrice et fondatrice de l’orphelinat et de deux expatriées françaises, Myriam Bonnier et Yasmine Vidal. Cet orphelinat a la particularité de disposer en effet d'un terrain attenant et disponible de 600 m².

Dans ce premier lieu, l'objectif principal est de démontrer la capacité d’une structure d’accueil d’enfants - vulnérables - à lancer et bénéficier d’un jardin éducatif en permaculture. Pour l'équipe, c’est aussi chaque mardi matin et occasionnellement lors d’un événement, de tisser le lien avec les enfants, leur transmettre le lien à la nature, leur donner des compétences, des sources de joie et de distraction, des jeux mêmes quand c'est possible, leur proposer des activités collectives, prendre soin aussi (plantes, environnement, poules, autres enfants, …), les ouvrir vers un nouvel univers. Et pour l'équipe aussi, se connecter à la terre et à la nature !

Sur ce projet, les 3 piliers principaux de la permaculture sont mis en pratique. Voici quelques exemples de réalisations.

Le premier pilier : Prendre soin de la Terre

  • Nous faisons avec ce qui est disponible. Ainsi, nous n’employons pas d’intrants chimiques, la « nutrition » du sol est 100% naturelle, et nous développons l’usage de l’eau de pluie ;
  • Nous améliorons également l’environnement quand c’est possible. La première étape du travail a ainsi consisté à nettoyer le terrain et à maintenir un état de propreté suffisant pour commencer à envisager de planter et accueillir les poules. Diverses sensibilisations aux déchets (tri, à la valorisation des déchets organiques,  …) ont été réalisées à travers des pratiques, des ateliers ou encore un spectacle de clown à Noël sur la thématique (brillamment assurée par le GET)

Le deuxième pilier : Prendre soin de soi et des autres

  • Nous essayons d’intégrer le soin aux enfants, côtés corps et esprit. Une finalité du projet est en effet de leur fournir de la nourriture de qualité. Nous prenons également en compte les capacités physiques des enfants, en évitant de travailler en force le sol par exemple. Également en plantant plutôt des plantes pérennes, de préférence aux annuelles qui demandent plus de soins et de temps. Enfin, le travail au jardin développe leur autonomie et la concentration. Bien des études montrent qu’il réduit le stress, d’autant plus pour des enfants dont l’histoire est déjà souvent compliquée. L’ouverture sur la pratique du Yoga a déjà été expérimentée.
  • Ce projet est éducatif. Il vise à enseigner des compétences qui seront utiles aux futurs adultes. Nous veillons également à réussir l’appropriation du projet et la transmission des connaissances associées. Des responsabilités sont également organisées au fil du projet.

L’usage des drêches de brasserie (Nocal) pour préparer le sol est un bon exemple de solution locale illustrant ces deux premiers piliers. Après 6 mois de compostage, le sol s’est ameubli, il est nourri, il peut être travaillé, alors que le sol argileux du reste du terrain est par ailleurs trop difficile à creuser pour planter.  La pratique du compost de façon générale est un enseignement fort pour les enfants pour le projet et leur futur.

Les expérimentations sont bienvenues donc ! Et bien d’autres (v)ont trouver leur place (chicken tractor, tipi, compost, semis, banana circle, keyhole garden …). Fun !

Ce projet entre désormais dans une phase de réalisation sur l’orphelinat Santa Isabel. Les plantations sont en cours, les enfants nous connaissent assez bien maintenant pour nous accueillir et venir participer spontanément, quelques éducateurs sont en relais, et Irma Domingas, la directrice, appuie la démarche. Cela nous permet d’avancer plutôt sereinement, et déployer le projet de façon aussi large que possible : un coin potager à venir, un peu de mobilier extérieur sur base de palettes si possible, amplifier le travail sur le recyclage de l’eau de pluie, réduire l’usage des produits chimiques au sein de la structure pour aller vers des produits quasi gratuits et respectueux de l’environnement (et ainsi recycler peut-être un jour certaines eaux). D’autres initiatives peuvent prendre place et sont bienvenues !

Il nous semble toutefois important de consolider l'appropriation du projet à l'orphelinat. Nous cherchons à mettre sur pied et animer notamment un réseau d'ambassadeurs du projet parmi éducateurs, professeurs et enfants. Sur ce sujet, il y a de la place pour venir renforcer l'équipe par exemple !

Pour appuyer et démultiplier l’impact de notre démarche, nous sommes en discussion avec 2 autres structures. L’objectif est de développer un réseau de 3 structures associées à des expertises, autour des pratiques d’agroécologie. Ainsi réunies et actives, cette communauté pourrait permettre de faire émerger et rayonner des pratiques agricoles familiales et résilientes, à travers leurs pratiques, leurs savoir-faire, et un modèle d’activité associé. Dans ce cadre notre projet prendra une ampleur particulière en 2019 et nous pourrons nous étoffer plus largement.

D’ores et déjà, si vous souhaitez vous impliquer, n’hésitez pas à nous contacter, venir voir sur place et rejoindre l’équipe. Cela peut être à travers des interventions sur place régulières le mardi matin ou même ponctuelles (jardin, bricolage, ateliers avec enfants, connaissance des plantes…), ou depuis chez vous (communication, visuels, préparation pour ateliers, ventes pour financer le projet…), si vous avez des idées, elles sont bienvenues !

Enfin, terminons avec le mot le plus important : MERCI.

Merci à toutes les aides qui sont venues soutenir le projet depuis le début, au travers de mises en relations fructueuses, d’encouragements, d’aides matérielles et financières, de conseils parfois même sur place, de réflexions et questions, de plantes, ou encore d’idées, … Merci à tou.te.s !

Pour le lire, suivre et connaitre les besoins du projet, n'hésitez pas à suivre la page FB Santa Isabel Permacultura

Et pour aller plus loin sur la Permaculture :

VEA souhaite remercier l’équipe du projet: Myriam, Juliette, Tony, Séverine, Héline et Alexandra pour la rédaction de cet article.

www.vivreenangola.com est un site d'informations indépendant géré par une équipe bénévole qui s'adresse à tous les expatriés d’Angola.

Ce site est le vôtre et il ne peut exister que grâce à votre contribution.
N'hésitez donc pas à nous transmettre des modifications, ajouter des informations, ou toutes autres remarques pour son amélioration !

Pour nous contacter : contact@vivreenangola.com.