Chronique la culture angolaise 3/3: l’art, les danses et le carnaval

drapeau-angola

Cette chronique nous a fait découvrir quelques spécificités de la culture angolaise: d'abord l'art culinaire angolais puis le rite du mariage angolais. Nous allons aujourd'hui nous intéresser à certaines traditions angolaises: l'art, les danses et le carnaval.

L'art angolais

Masque Kongo - Angola

Comme pour la majorité de l'art africain, les arts angolais des masques en bois et de la sculpture ne sont pas des activités d'ordre simplement esthétiques. Elles jouent un rôle important dans le cérémonial culturel, représentant la vie et le décès, le passage de l'enfance à la vie adulte, la célébration d'une nouvelle récolte et le commencement de la saison de chasse.

Les artisans angolais travaillent le bois, le bronze, l'ivoire, la malachite ou la céramique pour faire leur sculpture. Chaque ethnie a son propre art.

L'ethnie Lunda-Chokwe, au Nord-Est de l'Angola, est très renommée pour ses arts plastiques supérieurs et ses masques.

La plus célèbre de ses statues est le Penseur de Chokwe, un chef d'oeuve d'harmonie et de symétrie dans ses lignes. Il s'agit du symbole de la culture nationale.

Elle représente la figure d’un ancêtre qui peut être une femme ou un homme. Conçue symétriquement, avec la face légèrement inclinée, elle exprime un subjectivisme intentionnel parce qu’en Angola les vieillards représentent la sagesse, l’expérience de longues années et la connaissance des secrets de la vie.

On raconte que “Le Penseur” provient du nord-est de l'Angola, où il existe le panier de divination, le ngombo, et le divinateur y utilise de petites figurines sculptées en bois, lesquelles détermineront la chance du consultant. Curieusement, ce sont ces figurines qui sont venues inspirer la fameuse figure nationale du pensador.

Cette image est aujourd’hui une figure emblématique de l'Angola, qui apparaît dans le filigrane des billets de Kwanza, la monnaie nationale. Elle est considérée comme une œuvre d’art purement angolaise.

Les danses angolaises

danseurs de Kizonba

Les angolais ne manquent pas d'inspirations en matière de danse. Parmi les danses les plus pratiquées, on trouve:

  • le kuduro, c'est un mélange de break et de semba angolaise; Synonyme de fête, le kuduro est une danse aux mouvements saccadés et désarticulés, apprise dès le plus jeune âge.
  • le kizomba d'origine Angolaise et Cap Verdienne se caractérise par sa langueur et sensualité (tronc fixe et souple, bas du corps très énergique, parfait pour des fesses en béton!)
  • la capoeira; ce sont des esclaves d’origine angolaise déportés au Brésil qui ont développé la capoeira, art martial pratiqué en Angola, qui tire ses racines d'un combat-danse appartenant aux rituels de mariage bantous, N'golo ou « danse du zèbre ». Il en existe deux formes, la capoeira Angola plus traditionnelle et la capoeira regional. La capoeira se déroule au milieu d'un cercle d'hommes appelé le roda ; un instrument appelé berimbau commande la formation du roda et détermine le type de combat.

Le carnaval

Carnaval à LuandaInstitution culturelle et festive dans le monde entier, le Carnaval se fête aussi en Angola chaque année en février.

Pendant toute l’année les groupes de danseurs, enfants, adolescents et parents, travaillent leur chorégraphie afin de réussir leur défilé.

Chars multicolores, rythmes de semba, danses endiablées, l’ambiance est à la fête pendant les trois jours de défilés.

Le 1er carnaval aurait été célébré en 1867. Son origine serait même beaucoup plus ancienne et remonterait à une fête en l'honneur d'un roi bakongo. Entre traditions populaires et pratiques religieuses, le carnaval est un hommage à la culture angolaise.
Le carnaval est une célébration identitaire: Identité nationale,  identité urbaine. Une célébration de la jeunesse. Les paroles des chansons expriment le quotidien des Luandais avec leurs difficultés, leurs activités, leurs espoirs, ...
L'édition 2018 s'annonce grandiose avec le défilé de 26 groupes d'adultes et 15 groupes d'enfants. Le coup d'envoi de cette grande fête sera la parade des groupes d'enfants le samedi 10 février sur la nova marginale.

www.vivreenangola.com est un site d'informations indépendant géré par une équipe bénévole qui s'adresse à tous les expatriés d’Angola.

Ce site est le vôtre et il ne peut exister que grâce à votre contribution.
N'hésitez donc pas à nous transmettre des modifications, ajouter des informations, ou toutes autres remarques pour son amélioration !

Pour nous contacter : contact@vivreenangola.com.