Chronique « Aux quatre coins de l’Angola » : de Waku Kungo au Moro do Moco

Rivière près de Waku Kungo
Crédit photo : Anne-Laure seret

Amateurs de 4x4 , de paysages vallonnés à perte de vue et d’hippopotames ? Le dernier épisode de cette chronique est fait pour vous ! Nous vous emmenons aujourd'hui à la découverte de Waku Kungo et du Moro de Moco dans le centre de l’Angola.

Attention : préparez ce voyage bien équipés et/ou à plusieurs véhicules, car ces chemins ne sont pas très empruntés et il serait long de trouver de l’assistance.

Prenez le volant de votre voiture, filez vers le Sud. Ce voyage peut aussi se coupler à plusieurs autres circuits proposés sur Vivre En Angola. Avec quelques jours en plus vous pourrez donc accéder à la région de Huambo :

  • Sur les routes d'Angola
    Crédit photo : Anne-Laure Seret

    depuis Lobito, une route en bon état traverse des paysages verdoyants, et termine sur la chaine montagneuse du Moro de Moco.

  • en remontant de Lubango, en passant par la route de Cacula à Huambo. Une portion de 70 km est assez difficile : terre, boue, trous, bref une ancienne route goudronnée post mortem qui vous fera rouler à faible allure, mais où vous pourrez en prendre plein la vue. Des petits ponts vous feront traverser les rivières et vous pourrez traverser les anciennes plantations de pins et d’eucalyptus, maintenant géants, qui bordent les routes.
  • depuis la fazenda de Cabuta, après avoir mangé un bon poisson grillé à Dondo.
  • depuis la route de Gabela, qui croise les chutes de Binga, traverse les montagnes et termine sur la vallée des monolithes, d’énormes roches de granit qui sortent de terre comme sorties de nulle part.

Une bonne raison donc de prendre de vraies vacances en Angola !

Waku Kungo

La zone des hippopotames est éloignée de la ville, mais n’hésitez pas à faire un petit détour par la ville de Waku Kungo pour sentir l’atmosphère d’une ville de campagne avec un histoire portugaise assez présente : une belle église avec un petit parc arboré d’eucalyptus vaut le détour pour un pique-nique. Derrière cette église, il y a une grande colline. Une ancienne route pavée y serpente jusqu’en haut, avec une vue sur toute le plateau de Waku Kungo. Faites très attention, étant donné qu’il s’agisse d’une ancienne place stratégique (télécommunications), le terrain est encore très miné. Des croix rouges sur les pierres rappellent que cette zone est une zone à risque et arrivés au sommet, posez impérativement la question aux gardiens de l’antenne qui vous dirons où poser le pied, pour aller apprécier la vue. Mais en aucun cas sortez de la piste sans conseil local (un conseil valable partout en Angola). Un endroit donc à déconseiller avec des enfants.

Partez ensuite en direction de la zone des hippopotames. Suivez la longue piste qui vous amène au village. Arrêtez-vous sous le grand manguier saluer le Soba Grande, le chef du village local qui vous indiquera le chemin. Si vous avez de la chance et que le ciel n’est pas nuageux, le coucher de soleil y est magnifique ! En revanche, cette aventure ne doit pas se faire en saison des pluies. La route sera difficilement praticable, mais surtout, la vallée sera inondée et vous ne pourrez pas approcher les hippos. Allez-y donc préférentiellement entre juillet et novembre. Profitez aussi de votre visite du coin pour grimper sur les énormes monolithes qui bordent la rivière. D’en haut, la vue panoramique sur la rivière et la vallée vaut le détour avec le balais des pêcheurs locaux sur leurs pirogues à observer.

Vous pouvez camper sur place et vous réveiller à la fraiche pour aller voir les hippos. Autrement, il existe quelques hôtels et lodges aux alentours de Waku Kungo.

Moro do Moco

Pour les plus aventureux ou amoureux de randonnées, le Moro de Moco est un endroit à visiter. En plus de prendre l'air et de faire un peu de sport, vous pourrez dire que vous avez gravi la "colline" la plus haute d'Angola, avec une altitude de 2 620 m.

Une piste montagneuse part de la route principale entre Lobito et Alto Hama. Nous vous conseillons tout de même d’organiser ce périple hors saison des pluies, au risque de vous retrouver au milieu d’un torrent et non d’une piste… Nous l’avons fait et nous sommes repartis avec plein de souvenirs et de gouttes de sueur. Si vous arrivez en fin de journée, à la tombée de la nuit, vous croiserez de nombreux lapins sur le chemin.

Vous arriverez tout au bout de la piste, au petit village de Kanjonde. Présentez-vous au soba. Il vous indiquera ou poser votre tente pour la nuit. Généralement, au milieu du grand terrain de football à la sortie du village. Là, en revanche, pas d’hôtel possible. Organisez aussi avec le soba, le guide du lendemain matin. Levez-vous avec le soleil et partez si possible à la fraiche, vers 7h, après un bon petit-déjeuner. Vous arriverez au sommet pour un pique-nique bien mérité, car ça grimpe fort. Mais nous ne vous dirons pas tout, alors allez-y pour apprécier cette randonnée entre hautes herbes, petites forêts, cultures de manioc et traversées de rivières. Arrivés en haut, une belle vue sur toute la vallée vous récompensera de ces efforts. Comme tout randonneur qui se respecte, profitez de l’air pur de la montagne pour vous allonger dans l’herbe et piquer un petit somme bien mérité !

Voilà, vous êtes briefé. Alors, vérifiez les niveaux moteur et la pression des pneus et rendez-vous dans le centre de l’Angola.

Crédit photo : Anne-Laure Seret, Olivier Rousseau, Henri Machet

www.vivreenangola.com est un site d'informations indépendant géré par une équipe bénévole qui s'adresse à tous les expatriés d’Angola.

Ce site est le vôtre et il ne peut exister que grâce à votre contribution.
N'hésitez donc pas à nous transmettre des modifications, ajouter des informations, ou toutes autres remarques pour son amélioration !

Pour nous contacter : contact@vivreenangola.com.