Ces rats démineurs qui sauvent des vies

Plus de 80 000 angolais ont été mutilés ou tués par des mines depuis la fin de la guerre civile en 2002. Des rats font des miracles.

À Kamatende (10 km de Malange),  39 rats géants sont utilisés pour des opérations de déminage depuis l'année dernière sur une zone de 190 000 m2.  Ces Cricétomes des savanes (Cricetomys gambionus, parfois improprement appelés rats de Gambie) peuvent mesurer près d’un mètre avec leur queue. Ils sont entraînés à détecter les mines antipersonnel grâce à leur odorat.

Cette méthode est beaucoup plus efficace que la méthode traditionnelle. En effet, sur la plupart des zones de déminage, des hommes harnachés d'une tenue de démineurs lourde de 30 kg détectent la moindre pièce métallique. Alors ils brossent le sol avec la plus grande attention. Souvent il ne s’agit que d’un vulgaire clou ou autre bout de métal. Et, alors le processus recommence jusqu’au morceau suivant. Au contraire, les rats ne répondent qu’à l’odeur d’explosif. Un homme ratisse environ 20 m2/jour pendant qu’un rat couvre une surface 20 fois plus importante.

Les rats sont payés en bananes, cacahuètes, avocats et pommes et n’ont pas besoin de protection car ils sont trop légers pour déclencher les mines.

C’est Bart Weetjens, un designer Belge qui a lancé ce programme. Enfant, il avait des rats domestiques. Il a lu plus tard que des gerbilles étaient utilisées pour des tâches de détection “sensibles”. Alors il s’est rapproché de spécialistes des rats qui lui ont suggéré les cricetomys gambionus parce qu’ils sont reconnus pour leur faible acuité visuelle mais un sens de l’odorat très développé. De plus, cette espèce de rat a une espérance de vie de 8 ans ; ce qui n’est pas négligeable si l’on prend en compte les 9 mois d’éducation nécessaire à la detection des mines.

apopoDonc, Weetjens a monté une ONG, APOPO, qui entraîne les rats en Tanzanie puis les déploie sur différents champs de mines à travers le monde. Apopo développe aussi un programme de détection de la tuberculose grâce à ces rats. En effet, un homme formé et expérimenté étudie environ 25 prélèvements par jour au microscope alors qu’un rat passe au crible 100 boîtes de Pétri alignées en 20 minutes. Il s’arrête devant les boîtes infectées qui sont alors confirmées par les techniques traditionnelles de laboratoire. Avec cette procédure le taux de détection a augmenté de 48 %. C’est à dire que plus de patients sont diagnostiqués et traités et par conséquent le développement de l’épidémie est freiné.

Les rats ne travaillent que 2 heures par jour et sont mis à la retraite à l’âge de 6 ans, quand leur odorat devient moins fiable.

Certificat d'adoption d'un rat

Les donneurs intéressés peuvent “adopter” un rat pour 84 $/an auprès de Apopo.org . “Cela ferait un merveilleux cadeau de fête des pères !” déclare Nicholas Kristof, américain, qui “sponsorise” le rat Boban. En effet, les éleveurs s’attachent à leurs protégés et reconnaissent chacun d’eux.

Le site internet de l'ONG Apopo

 

 

Sources :

 “The Giant Rats Save Lives”, de Nicholas Kristof paru dans The New York Times le 18 avril 2015. Vous pourrez retrouver cet article ainsi qu'un reportage vidéo sur : article du NYTimes 

Adaptation de l'article précédent dans le Courrier international du 29/05/2015.

 

 

www.vivreenangola.com est un site d'informations indépendant géré par une équipe bénévole qui s'adresse à tous les expatriés d’Angola.

Ce site est le vôtre et il ne peut exister que grâce à votre contribution.
N'hésitez donc pas à nous transmettre des modifications, ajouter des informations, ou toutes autres remarques pour son amélioration !

Pour nous contacter : contact@vivreenangola.com.